Salaan Media - Warbaahin Dhex-dhexaad ah

SHANTA SOMALIA IYO AFRICAN UNION IYO ADAN CADE OO SHANTA DHABAN. DHABAN QABSADAY. Inbox x

SOMALILAND SAAKARO (1)

SHANTA SOMALIA. IYO ADAN CABDALLAH CISMAN. IYO ASASKI URURKA AYANKA DARAN EE LOO YAQAN AFRICAN UNION (OAU) EE 1963 IYO ADDIS ABABA. QUDBAADII UU HALKA KA JEEDSHAY. MARXUUMKU ALLAH HA UU NAXARISTE OO UU KU DOODAYO IN SOMALI ANAY QABIIL AHEYN AY QARAN TAHAY. XUDUDAHA IYO KALA QO-QOBKA SOMALIDUNA UU DHIB KU YAHAY DADKA SOMALIDA AH. NABADNA ANAY JIRI KARIN HADAN SADEXDA GOBOL EE MAQAN AYAHOODA FASAX LOO SIIN SII AY UGA TASHADAN. XABASHIGA. BAANTUGA KIINIYA. IYO FARENJIGA JABUTI. UU CAMABARAYN DUSHA UGAGA TUURAY. UU KU DOODAY IN SOMALIDU AY YIHIIN DADKA QUDHA EE QARADA AFRICA EE GUMAYSTIHI KA DHAXLAY DHIBTA UGU BADAN EE XUDUDAHA. KANA HOR YIMI SHURUCDA LOO DEJIYEYE AFRICAN UNION OO GOGOL UU NOQOTAY. OO AH 

XUDUDUHU WA KUWI GUMAYSTU KA TEGAY. (CML CAQLI KELE MA HAYNO WEYE)

QAYBTA SARE EE AFKA SANCADKA AMA INGIRISKA KU QORAN. WAXA SOO TURJUMAY DAY-DAY-GA WEYN EE GOOGLE TRANSLATOR.

QUDBADUNA WAXAY KU QORANTAHAY AFKA FRANSISKA. MOOJI WIILKA REER KONFUREED WAXA UU TALYANIGI KU NACAY.

SII KASTABA HA AHATE. MARXUUMKI ADAN CADE. AHUN YA MAGACISA SII KA DUWAN MADAXDA KELE EE BISHI MAY 1963-GII ADDIS ABABA CANJEELADA XABASHIGA KU RAQAYSAY LOO QORAY. RAGA BISHMAHA BARARAN IYO BUUFTA GALADA LEHE. WAXA LOO DHIGAY SIDAN. H.E.

ADAN CADE ISAGA. SIDAN BA LOO SOO KOOBAY.

Address delivered by the Honourable Aden Abdulla Osman, President of the Somali Republic

WA SHABKADA URURKA SABOOLKA AH EE LOO YAQAN AFRICAN UNION.

GUJI HALKAN- http://summits.au.int/en/21stsummit/speeches/1963

HALKANA ADAN CADE QUDBAD. GUJI- http://summits.au.int/en/21stsummit/speeches/1963

SIDAY NOQOTAY WEYE. SIDAY DOONTO MAHEE. HA LA HAWL YARAYSTO. ADAN CADEBA WA KII ALLAH HA UU NAXRISTE FARAHA KA QADAY SHANTA SOMALIYEED. MARKU SHANTA DHABAN. DHABAN. QABSADAY.

KUWA HADA SO BAXAYNA DHIIG IYO UUSTONA MALAHEE ARIMAHAN IYO XAD GUDUBKAN LAGU HAYO NIMANKAN IMANKA BEELAY EE EE AFRIKANKA AH EE DANYEERKA CUNA ISKA DAAYA HA LAGU YIDHADO. SABABTO AH MANTA SIDA ADAN CADENA LOOMA HANJABI KARO. AWOOD KELENA MA JIRTO. DE ANAGUNA MABA OGOLIN SOMALILAND MAANTA SHAN IYO LABA TOONA UMA BAHNA. MIDNA OOGADA ADUNKA OO DHAN BA KASOO HOR JEESTAY GOBNIMA DOONKA SOMALIYEED ILA WADANKA MASAR BA KA GABADAY COODSIYADA HALGAMAGI WEYNA EE MICHEAL MARIANO. MEEL LIXDANKI LAGU JABAY YAN DIB LOOGU NOQON.

WAXAN SHEEGYA XASSAN YARE IYO SACA SHIRDOON SHAN MA DHALAYS AH OO ADUNKA MEEL WALBA LAGA HIIFAYO OO LAGA HABARAYO GACMAHA HA LA GELINA DAWLADAHA IYO DADKANA AFKA HA ISU GELININA IDINKA DAB IDINKU BAXAYA ISKA BAKHTIYA DADKA KELE HA KU TUURINA QORI DAB LE. WAXASI WA AXMAQNIMO IYO INDHA LA’AN.

 

 

ALLAH MAHAD LEH.

 

 

Abdullah Osman

President of Somalia

 

“A new era of understanding and unity for the African continent”

 

I feel deeply honored and privileged to have had the opportunity to participate in this historic conference which brings together for the first time all the Heads of State and Government in Africa to achieve the unity and well-being of Africa .

 

It is an exhilarating experience to see people in this room whose insight and influence extend well beyond the African continent. We sincerely hope that by pooling our efforts we will emerge from this conference positive and constructive for the realization of African Unity proposals.

 

There is no need to emphasize the value that my government and my people attach to such meetings. The so dynamic and important era in which we live demands that African leaders meet frequently to discuss issues of common interest, to exchange views on issues that affect the destiny of our continent, and harmonize their policies on international issues affecting the unity and well-being of Africa.

 

To the problems that affect us, we must heed the lessons that history has given us. We must remember that those who belong to Africa and who are faithful to Africa are most likely to serve the interests of the continent. We must bear in mind the fact that African states share a common destiny, and no state can hope to achieve prosperity if left in isolation. We must be animated by the firm intention to maintain a united front and to thwart all efforts to create and maintain our continent blocks or rival political groups.

 

There is an aspect of African independence which is probably unique in history. Having recently won our freedom and national identity, often at the cost of human suffering and lives that no one can measure, it is natural that we are proud of our sovereignty and our independence. However we do not consider national independence as our ultimate goal. We are aware that in the second half of the twentieth century, becoming independent means to become interdependent. We strive to strengthen our national societies and fight together for African Unity. Our eyes are far beyond our borders, and we identify with the struggle of our African brothers who are still living under colonial domination.

 

When we talk of African Unity, we must guard against the clichés and empty words. We must be guided by a realistic idealism tempered by penetration and imagination which accompany the reflected concern for the practical possibilities. Do not be afraid to recognize that any form of association, federation or union implies a voluntary limitation of the sovereignty of each state. Recognizing this need, the Constitution of the Somali Republic provides that the Republic “accepts, in conditions of equality with other states, any limitations to its sovereignty that might be necessary for peace among nations.”

 

Previous conferences and the preparatory meeting of foreign ministers which has just taken place have achieved the considerable progress towards African unity and solidarity. Several important documents, which were the result of these joint efforts, provide an excellent working basis for the preparation of the African Charter.

 

We must, and this is our most important task, insert our common desire for unity in a political framework that is acceptable to all.

 

There are three main possibilities. The first would be to develop a system of periodic discussions between African governments, so that they can work together on their foreign and military policy, and raise the economic and social level of the African peoples.

 

The second possibility would be to create an inter-organization dedicated to the same goals, which would have its own budget and legal personality.

 

The third possibility is offered to us would be to create a union, or an African federation, which would have a single foreign policy, a single diplomacy, a common defense system, a common economic planning and a common currency.

 

These three options are very important differences.

 

Under the first, each member state, if it agrees to cooperate with others, is free to decide its own policies.

 

Under the second option, any Member State, within the limits of the Charter of the United Nations, is bound by the decisions of the majority and is committed to contribute to the expenses of the organization in proportion to its national budget.

 

The third possibility is entirely different from the other two in the sense that, if the degree of autonomy and sovereignty that keeps each state depends on its constitution, each of them is represented internationally by the federal government or the union government.

 

What is the best solution for today’s Africa? We can not answer this question out of the blue or light. We must give the correct answer, that is to say one that will take into account the current level of development of the continent and that will project a realistic mind in the foreseeable future, a response that expresses, if it is possible, the unanimous conviction of African states.

 

An African Union whose voice would rise unanimous in international meetings undoubtedly meets the aspirations of the peoples of Africa. We all struggle to achieve such a goal, we must set ourselves the ultimate goal.

 

However, at this stage of our evolution, I wonder if African states are willing to abandon a recently acquired for the benefit of a central government sovereignty. It seems to us that a decision of such importance should be the last step in a long process of evolution. We must begin by associations that impose fewer obligations. This accustom us to work together to solve common problems and we prepare gradually create us much closer links.

 

It seems that currently the best answer to our common desire for unity among African states would be the formation of a new pan-African organization. It would have a legal personality and exist alongside regional organizations already established in other continents, in accordance with Chapter VIII of the UN Charter. We believe this organization should have four main bodies:

A pan-African meeting, which normally meet once a year and decide on measures and general policy of the organization;

A council that would meet whenever is necessary, deal with urgent matters and be responsible for the implementation of the measures decided by the assembly;

A standing committee of conciliation and arbitration that would handle the dispute, territorial and others among African States;

A secretariat would be responsible only to the organization that would be responsible for administrative and technical services.

An organization of this kind would allow leaders of African states to meet and establish regular contacts. It would particularly peaceful settlement of disputes between African States, to coordinate the policies of African states in the meetings of the United Nations and other international organizations, to promote economic and social progress in Africa.

 

The Standing Committee of Conciliation and Arbitration that I just mentioned is composed of a group of highly skilled Africans, who would enjoy universal respect. The Member States of the Organization should be urged to seize the Committee on Inter-African disputes. If this organization provided for the peaceful settlement of disputes between States operating satisfactorily, it would strengthen mutual trust and lay the foundation for closer forms of association.

In the economic and social field, the organization should focus on improving the living standards of Africans should especially engage in rapid and thorough review of existing projects and recommendations, such as the creation of a Common Market Africa, an African Investment Fund of the African Development Bank, to name a few.

 

But allow me to indulge in a warning. There are questions that must be addressed by each nation separately. Others can be studied more effectively at a regional or continental level, and still others must be considered globally. Before deciding on an action such as the creation of a new African Technical Institute, we must ensure that the proposed organization really provides the best solution to the problem. No proposal should be implemented without a thorough study of the financial, technical and other it entails. We must remember, for example, that African states gathered here are members of the United Nations and its specialized agencies, and we all contribute to their budgets.

 

This is why it is important to avoid duplication in effort and unnecessary expense. Before starting a new project and create a new institution, we must ensure that the first is a real need and the functions that are proposed to be assigned to the second are not already effectively met by existing organizations . If I felt it necessary to mention the organizations will need African Unity, it is because the success of our efforts will depend largely on the strength of structures at its disposal. To ensure that our organization is developing satisfactorily, we must give him a solid foundation and strength of these databases depend ultimately on the degree of goodwill and understanding which will evidence the Member States. That is why we must address without delay problems which hinder the development of relations between African states. If we can not solve this problem, it will affect our relationships and undermine the very basis of our unity.

 

When we talk about issues we think particularly those that arise from territorial disputes between African states. Of course, we know that we should not speak here of individual disputes between countries, but territorial disputes are issues that directly affect our peoples.

 

History has shown that the major obstacle to African Unity comes from artificial political boundaries that the colonial powers imposed in large areas of Africa. We have seen how companies that had always been built have been torn apart, and how these companies have seen their territory bitterly divided to serve the selfish interests of others.

 

Some have said that any attempt to adapt existing border agreements would only aggravate the situation and, therefore, things should not change. We do not share this view, and for several reasons. This equates to us to forgive the actions and policies that we know very well they are bad and unfair. This is also equivalent to admit a defeatist attitude and a lack of courage to admit to African problems. Finally, if we believe that we can achieve African Unity eluding disputes that Africa is the theater, we will show very little foresight.

 

That is why it is with a very open mind that we ask this august assembly of indulgence and try to understand the territorial problems facing the Somali Republic. In doing so, we are not trying to cause discord and give rise to hostility between the states involved, but rather to recognize that these problems need to be addressed by the entire family of African nations.

 

In a few words the problem of our country unlike any other border problems that exist in Africa, ours is that the length of the current borders, which were imposed by the colonialists, through pastures our traditional nomadic population. This is an unprecedented situation, because no other African nation is not completely divided its own people on the entire length of its borders.

 

Those who oppose the reunification of Somalia territories trying to pass for tribalism the desire for unity of Somalia. These opponents are using all means at their disposal to treat Somalis as a single tribe would have no right to become a nation. But the Somalis are a nation in every sense of the word.

 

A nation is defined as “a people who usually live in a separate part of the globe, who speak the same language, have the same customs, which showed historical continuity and differs from other similar groups by origin the characteristics of his race. It consists of innate qualities that make indissoluble. “

 

Somalis share all these links and they share a religion. There is no doubt, and clerics worldwide have recognized, that Somalis are a nation.

 

All Somalis, who live outside the territory of the Republic as well as those who live in the Republic, the concept of nation deeply rooted in them.

 

A leading expert of the peoples of the Horn of Africa recently wrote: “The fragmentation of Somali pastures which have made quite randomly, in the late nineteenth century, Great Britain, Italy, France and Ethiopia, literally separate members of the same family with a series of artificial borders and often disputed that Somalis must pass as nomads. “

They covered their unity, Somalis believe not only that they would get well-being, but that to become a single entity would enable them to contribute effectively to serve the ideals of African Unity. Currently, it is not possible for them to do so. They can not form a coherent whole if a million and a half of them continue to live in areas that are administered by Britain, France and Ethiopia.

 

The Somali region is administered by Great Britain is known as the District’s northern border. Last October, an impartial commission was tasked to survey the inhabitants of this region, the results of the survey were that 87% of the population were in favor of union with the Somali Republic. Expressing the unanimous desire to join their brothers, the people of this region have shown with energy they did not consent to being governed by the authorities in Nairobi. In addition, by boycotting the elections unanimously Kenya, they showed with no less energy they did not consent to participate in the government of that country. It is the refusal of Britain to recognize the will of the people of the District of the northern border that gave rise in this region a dangerous climate of tension.

 

Somalis living in the Ethiopian domination and French domination share the intense desire for union was heard from the people of the District of the northern border.

 

It is not our intention here to dwell on the territorial dispute between the Somali Republic in our host country, Ethiopia. We simply say, to summarize our position on the matter, that Ethiopia has taken possession of a large part of the Somali territory without the consent and against the will of the inhabitants of this territory.

 

The climate of unrest and discord that currently exists in this area will only get worse if we do not find an equitable solution to this problem. If the injury does not heal, it will be a perpetual source of unrest in the region and may have adverse effects on the friendly relations that the Somali Republic with its neighbors.

 

There should be no misunderstanding of our intentions. The Somali government has no territorial ambitions and does not intend to claim an extension of its territory. But at the same time, we can not expect the people of the Republic that they are indifferent to the call of their brethren. That is why the government should urge Somali self-determination for the Somali regions that are adjacent to the Somali Republic. Self-determination is a cornerstone of the UN Charter and we all agree there. If these Somali regions have the opportunity to freely express their will, the Government of the Republic undertakes to accept their decision.

 

Before I conclude, let me briefly summarize the position of the government of Somalia on other important issues.

Like all Africans, we are convinced of the need to eliminate as soon as the last remaining vestiges of colonialism on the African continent. We particularly ask that the people of the French Somaliland have the opportunity to decide their future, without being subject to any pressure or intimidation. The French Somaliland, as you know, is in an unenviable position, since it is the last colonial outpost that the French have in Africa. Whenever the question of the independence of Africa, there is a tendency to spend a lot more attention to the great colonial territories and to overlook the struggles waged smaller. We believe that all the territories under colonial occupation should receive the same attention. If the Conference could support the principle that indigenous peoples must be able to without delay their right to self-determination and if she promised that African states provide their material and moral support, it would encourage people of French Somaliland and other small territories.

 

The anachronism of colonial regimes that continue to exist in Angola, Mozambique and South-West Africa is intolerable. It is anachronistic that the democratic principle of “one man-one vote” has not yet reached the Southern Rhodesia.

 

We look forward to next Fulani independence Kenya, Nyasaland, Rhodesia North and Zanzibar, and we welcome with great joy in our family.

 

The policy of apartheid and racial discrimination by the government of South Africa was condemned worldwide. So long as any such contempt for man and as an insult to his dignity, we can not live in peace.

 

We continue to be in favor of a policy of non-alignment, since it allows us to examine objectively the merits of each issue, without prejudice.

 

We give our full support to all efforts deployed What the peace-loving nations to achieve general and complete disarmament.

 

We believe that the creation of a nuclear-free on the African continent, the image of which has recently been proposed for the Latin America region, contribute significantly to reducing world tension. It is for the same reason that we oppose the existence of foreign military bases in Africa. We reaffirm our faith in the principles of the UN Charter and our confidence in the organization that represents an indispensable force in improving the human condition. Since the United Nations now have twice as many members as if they were created, we will continue to urge, together with other African countries, we shall make the necessary structural changes, if we want that ‘they reflect more accurately the current membership of the Organization.

 

I would like to take this opportunity to thank His Imperial Majesty, the Government and people of Ethiopia for the warm welcome they have given us in their capital. May this green plateau surrounded by lofty mountains and fragrant eucalyptus being the birthplace of a new era of understanding and unity for the African continent!

 

SOMALI-WA-SHAN-LABA-MAHA-SOMALIA-WA-SHAN-KONFUR-IYO-WOQOYI-MAHA

 

 

Abdullah Osman

Président de la République de Somalie

 

«Une nouvelle ère de compréhension et d’unité pour le continent africain »

 

Je me sens profondément privilégié et honoré d’avoir eu l’occasion de participer à cette conférence historique qui rassemble pour la première fois tous les chefs d’Etat et de gouvernement africains pour réaliser l’unité et le bien-être de l’Afrique.

 

            C’est une expérience exaltante que de voir dans cette salle des hommes dont la perspicacité et l’influence s’étendent bien au-delà du continent africain. Nous espérons sincèrement que grâce à la mise en commun de nos efforts il se dégagera de cette conférence des propositions positives et constructives pour la réalisation de l’Unité africaine.

 

            Nul n’est besoin de souligner la valeur que mon gouvernement et mon peuple attachent à des réunions de cette nature. L’époque si dynamique et importante que nous vivons exige que les dirigeants africains se réunissent plus fréquemment afin d’examiner les questions d’intérêt commun, de procéder à des échanges de vues sur des problèmes qui influent sur la destinée de notre continent, et d’harmoniser leurs politiques sur des questions internationales qui intéressent l’unité et le bien-être de l’Afrique.

 

            Devant les problèmes qui nous touchent, nous devons tenir compte des leçons que l’histoire nous a données. Nous devons nous rappeler que ceux qui appartiennent à l’Afrique et qui sont fidèles à l’Afrique sont les plus aptes à servir les intérêts du continent. Nous devons avoir présent à l’esprit ce fait que les Etats d’Afrique partagent une destinée commune, et qu’aucun Etat ne peut espérer atteindre la prospérité s’il reste dans l’isolement. Nous devons être animés du ferme propos de maintenir un front uni et de contrecarrer tous les efforts déployés pour créer et maintenir sur notre continent des blocs ou des groupements politiques rivaux.

 

            Il existe un aspect de l’indépendance africaine qui est sans doute unique dans l’histoire. Après avoir conquis récemment notre liberté et notre identité nationale, souvent au prix de souffrances et de vies humaines que nul ne saurait évaluer, il est naturel que nous soyons fiers de notre souveraineté et de notre indépendance. Cependant nous ne considérons pas l’indépendance nationale comme notre objectif final. Nous sommes conscients du fait que, dans la seconde moitié du vingtième siècle, devenir indépendant signifie devenir inter-dépendants. Nous luttons pour consolider nos sociétés nationales et nous luttons en même temps pour l’Unité africaine. Nos yeux sont tournés bien au-delà de nos frontières et nous nous identifions à la lutte de nos frères d’Afrique qui vivent encore sous la domination coloniale.

 

            Lorsque nous parlons de l’Unité africaine, nous devons nous garder des clichés et des mots vides de sens. Nous devons être guidés par un idéalisme tempéré de réalisme, par une pénétration et une imagination qui s’accompagnent du souci réfléchi des possibilités pratiques. Ne craignons pas de reconnaître que toute forme d’association, de fédération ou d’union, implique une limitation volontaire de la souveraineté de chaque Etat. Consciente de cette nécessité, la Constitution de la République somalienne prévoit que la République «accepte, dans des conditions de parité avec d’autres Etats, toute limitation à sa souveraineté qui pourrait être rendue nécessaire pour la paix entre les nations ».

 

            Les conférences précédentes et la réunion préparatoire des ministres des Affaires étrangères qui vient d’avoir lieu ont permis de réaliser les progrès considérables sur la voie de l’unité et de la solidarité africaines. Plusieurs documents importants, qui ont été le résultat de ces efforts communs, fournissent une excellente base de travail pour la préparation d’une Charte africaine.

 

            Nous devons, et c’est là notre tâche la plus importante, insérer notre désir commun d’unité dans un cadre politique qui soit acceptable pour tous.

 

            Il existe trois grandes possibilités. La première serait d’élaborer un système de délibérations périodiques entre les gouvernements africains, afin qu’ils puissent se concerter sur leur politique étrangère et militaire, et élever le niveau économique et social des peuples africains.

           

La seconde possibilité serait de créer une organisation interafricaine consacrée aux mêmes objectifs, qui aurait son propre budget et une personnalité juridique.

 

            La troisième possibilité qui s’offre à nous serait de créer une union, ou une fédération africaine, qui aurait une seule et même politique étrangère, une seule et même diplomatie, un système commun de défense, une planification économique commune et une même monnaie.

 

            Ces trois possibilités présentent des différences très importantes.

 

            Dans le cadre de la première, chaque Etat membre, s’il s’engage à collaborer avec les autres, reste libre de décider de ses propres politiques.

 

            En vertu de la seconde possibilité, tout Etat membre, dans les limites de la Charte de l’Organisation, est lié par les décisions de la majorité et s’engage à contribuer aux dépenses de l’organisation, proportionnellement à son budget national.

 

            La troisième possibilité est entièrement différente des deux autres, en ce sens que, si le degré d’autonomie et de souveraineté que conserve chaque Etat dépend de sa Constitution, chacun d’eux est représenté, sur le plan international, par le gouvernement fédéral ou le gouvernement de l’union.

 

            Quelle est la meilleure solution pour l’Afrique d’aujourd’hui? Nous ne pouvons pas répondre à cette question à l’improviste ou à la légère. Nous devons donner la bonne réponse, c’est-à-dire celle qui prendra en considération le niveau actuel de développement du continent et qui le projettera avec un esprit réaliste dans l’avenir prévisible, une réponse qui exprimera, si tant est que ce soit possible, la conviction unanime des Etats africains.

 

            Une Union africaine dont la voix s’élèverait unanime dans les réunions internationales répond sans aucun doute aux aspirations des peuples d’Afrique. Nous devons tous lutter pour atteindre un tel objectif, que nous devons nous fixer comme but ultime.

 

            Cependant, au stade actuel de notre évolution, je me demande si les Etats d’Afrique seraient disposés à abandonner une souveraineté récemment acquise au profit d’un gouvernement central. Il nous semble qu’une décision d’une telle importance doive constituer la dernière étape d’un long processus d’évolution. Nous devons commencer par des associations qui imposent moins d’obligations. Cela nous habituerait à travailler ensemble pour résoudre des problèmes communs et nous préparerait peu à peu à créer entre nous des liens beaucoup plus étroits.

 

            Il nous semble qu’actuellement la meilleure réponse à notre désir commun d’unité entre les Etats africains serait la formation d’une nouvelle organisation panafricaine. Elle serait dotée d’une personnalité juridique et existerait parallèlement aux organismes régionaux déjà créés dans d’autres continents, conformément au chapitre VIII de la Charte des Nations unies. Selon nous, cette organisation devrait avoir quatre principaux organes :

Une assemblée panafricaine, qui se réunirait normalement une fois par an et déciderait des mesures et de la politique générales de l’organisation ;

Un conseil qui se réunirait chaque fois que cela serait nécessaire, traiterait les questions urgentes et serait chargé de la mise en œuvre des mesures décidées par l’assemblée ;

Une commission permanente de conciliation et d’arbitrage qui s’occuperait du règlement des différends, territoriaux et autres, entre les Etats africains ;

Un secrétariat qui ne serait responsable que devant l’organisation et qui serait chargé des services administratifs et techniques.

Une organisation de cette nature permettrait aux dirigeants des Etats africains de se réunir et d’établir des contacts réguliers. Elle permettrait particulièrement de régler pacifiquement les différends entre les Etats africains, de coordonner les politiques des Etats africains dans les réunions des Nations unies et d’autres organisations internationales, d’encourager les progrès économiques et sociaux du continent africain.

 

La Commission permanente de conciliation et d’arbitrage que je viens de mentionner serait composée d’un groupe d’Africains hautement qualifiés, et qui jouiraient du respect universel. Les Etats membres de l’organisation devraient être instamment priés de saisir la commission des différends interafricains. Si cet organisme prévu pour le règlement pacifique des litiges entre Etats fonctionnait de façon satisfaisante, cela renforcerait la confiance mutuelle et jetterait les bases de formes d’association plus étroites.

Dans le domaine économique et social, l’organisation devrait se consacrer à améliorer le niveau de vie des Africains ; elle devrait tout particulièrement se livrer à l’examen rapide et approfondi des projets et recommandations existants, tels que la création d’un Marché commun africain, d’un Fonds africain d’investissement, d’une Banque africaine de développement, pour n’en citer que quelques-uns.

 

Permettez-moi toutefois de me livrer à une mise en garde. Il y a des questions qui doivent être traitées par chaque nation séparément. D’autres peuvent être étudiées plus efficacement à un échelon régional ou continental; d’autres encore doivent être envisagées sur le plan mondial. Avant de décider d’une action telle que la création d’un nouvel institut technique africain, nous devons nous assurer que l’organisme proposé apporte vraiment la meilleure solution au problème posé. Aucune proposition ne doit être mise en œuvre sans une étude approfondie des aspects financiers, techniques et autres qu’elle comporte. Nous devons nous rappeler, par exemple, que les Etats africains rassemblés ici sont membres de l’Organisation des Nations unies et de ses institutions spécialisées, et que nous contribuons tous à leurs budgets.

 

            C’est pourquoi il est important d’éviter tout chevauchement dans les efforts et toute dépense inutile. Avant de lancer un nouveau projet et de créer une nouvelle institution, nous devons nous assurer que le premier correspond à un réel besoin et que les fonctions que l’on propose d’assigner à la seconde ne sont pas déjà efficacement remplies par des organismes existants. Si j’ai jugé nécessaire de mentionner les organisations dont aura besoin l’Unité africaine, c’est parce que le succès de nos efforts dépendra en grande partie de la solidité des structures dont elle disposera. Afin de nous assurer que notre organisation se développe de façon satisfaisante, nous devons lui donner des bases solides et la solidité de ces bases dépendra, en dernière analyse, du degré de bonne volonté et de compréhension dont feront preuve les Etats membres. Voilà pourquoi nous devons nous pencher sans délai sur les problèmes qui constituent un obstacle au développement des relations entre Etats africains. Si nous ne pouvons pas résoudre ce problème, cela portera atteinte à nos relations et compromettra les bases mêmes de notre unité.

 

            Lorsque nous parlons de problèmes, nous pensons tout particulièrement à ceux qui surgissent des différends territoriaux entre Etats africains. Bien sûr, nous savons que nous ne devrions pas ici parler de litige individuel entre pays, mais les différends territoriaux sont des questions qui touchent directement nos peuples.

 

L’histoire a montré que l’obstacle majeur à l’Unité africaine provient des frontières politiques artificielles que les puissances colonialistes ont imposées dans des zones importantes du continent africain. Nous avons vu comment des sociétés qui avaient depuis toujours été intégrées ont été déchirées, et comment ces sociétés ont vu leur territoire cruellement divisé pour servir les intérêts égoïstes d’autres sociétés.

 

D’aucuns ont dit que toute tentative d’adaptation des accords frontaliers actuels ne ferait qu’aggraver la situation et que, par conséquent, les choses ne devraient pas changer. Nous ne partageons pas ce point de vue, et pour plusieurs raisons. Cela équivaut pour nous à pardonner des actions et politiques dont nous savons très bien qu’elles sont mauvaises et injustes. Cela équivaut également à admettre une attitude défaitiste et à avouer un manque de courage devant les problèmes africains. Enfin, si nous estimons que l’on peut réaliser l’Unité africaine en éludant les contentieux dont l’Afrique est le théâtre, nous ferons preuve de bien peu de clairvoyance.

 

Voilà pourquoi c’est avec un esprit très ouvert que nous demandons à cette auguste assemblée de faire preuve d’indulgence et d’essayer de mieux comprendre les problèmes territoriaux auxquels doit faire face la République somalienne. En agissant ainsi, nous ne cherchons pas à provoquer la discorde et à faire naître de l’hostilité entre les Etats impliqués, mais plutôt à faire admettre que ces problèmes méritent d’être étudiés par toute la famille des nations africaines.

 

Voici en quelques mots le problème de notre pays : à l’inverse de tous les autres problèmes de frontières qui existent en Afrique, le nôtre vient du fait que toute la longueur des frontières actuelles, qui ont été imposées par les colonialistes, traversent les pâturages traditionnels de notre population nomade. C’est une situation sans précédent, car aucune autre nation d’Afrique ne se trouve totalement divisée de son propre peuple sur toute la longueur de ses frontières.

 

Ceux qui s’opposent à la réunification des territoires de la Somalie essayent de faire passer pour du tribalisme le désir d’unité des Somaliens. Ces adversaires se servent de tous les moyens dont ils disposent pour traiter les Somaliens comme une simple tribu qui n’aurait aucun droit de devenir une nation. Or les Somaliens constituent une nation dans toute l’acception du terme.

 

Une nation se définit comme «un peuple qui habite généralement une partie distincte du globe, qui parle la même langue, qui a les mêmes coutumes, qui a fait preuve de continuité historique et qui se distingue d’autres groupes semblables par l’origine et les caractéristiques de sa race. Elle se compose de qualités innées qui la rendent indissoluble. »

 

Les Somaliens ont en commun tous ces liens et ils ont en commun une religion. Il ne fait pas de doute, et les clercs du monde entier l’ont reconnu, que les Somaliens constituent une nation.

 

Tous les Somaliens, ceux qui vivent en dehors du territoire de la République tout comme ceux qui habitent la République, ont ce concept de nation profondément ancré en eux.

 

Un expert éminent des peuples de la Corne de l’Afrique écrivait récemment : «le morcellement des pâturages somaliens auquel ont procédé tout à fait au hasard, vers la fin du XIXème siècle, la Grande-Bretagne, l’Italie, la France et l’Ethiopie, a séparé littéralement les membres d’une même famille par une série de frontières artificielles et souvent contestées que les Somaliens doivent franchir comme des nomades. »

S’ils recouvraient leur unité, les Somaliens estiment non seulement qu’ils obtiendraient le bien-être, mais encore que le fait de devenir une seule entité leur permettrait de contribuer efficacement à servir les idéaux de l’Unité africaine. Actuellement, il ne leur est pas possible de le faire. Ils ne peuvent pas former un tout cohérent si un million et demi d’entre eux continuent à vivre dans des régions qui sont administrées par la Grande-Bretagne, l’Ethiopie et la France.

 

La région somalienne qui est administrée par la Grande-Bretagne est connue sous le nom de District de la frontière nord. En octobre dernier, une commission impartiale a été chargée de sonder l’opinion des habitants de cette région; les résultats de son enquête ont été que 87% des habitants étaient en faveur de l’union avec la République somalienne. En exprimant le désir unanime de se joindre à leurs frères, les habitants de cette région ont montré avec énergie qu’ils ne consentaient pas à se laisser gouverner par les autorités de Nairobi. En outre, en boycottant unanimement les élections du Kenya, ils ont montré avec non moins d’énergie qu’ils ne consentaient pas à participer au gouvernement de ce pays. C’est le refus de la Grande-Bretagne de reconnaître la volonté des habitants du District de la frontière nord qui a fait naître dans cette région un climat dangereux de tension.

 

Les Somalis qui vivent sous la domination éthiopienne et la domination française partagent le vif désir d’union qu’ont exprimé les habitants du District de la frontière nord.

 

Il n’est pas dans notre intention ici de nous étendre sur le différend territorial qui oppose la République Somali à notre pays hôte, l’Ethiopie. Nous dirons simplement, pour résumer notre position en la matière, que l’Ethiopie a pris possession d’une grande partie du territoire Somali sans le consentement, et même contre la volonté des habitants de ce territoire.

 

Le climat d’agitation et de discorde qui règne actuellement dans cette région ne fera que s’envenimer si nous ne trouvons pas une solution équitable à ce problème. Si cette blessure ne se cicatrise pas, elle constituera une source perpétuelle de troubles dans la région et pourra avoir des conséquences néfastes sur les relations amicales que la République Somali entretient avec ses voisins.

 

Il ne doit exister aucun malentendu sur nos intentions. Le gouvernement somali n’a pas d’ambitions territoriales et n’a pas l’intention de revendiquer un agrandissement de son territoire. Mais, en même temps, nous ne pouvons pas attendre des habitants de la République qu’ils restent indifférents à l’appel de leurs frères. C’est pourquoi le gouvernement somali doit demander instamment l’autodétermination pour les régions somali qui sont adjacentes à la République Somali. L’autodétermination est une pierre angulaire de la Charte des Nations unies et nous devons tous y souscrire. Si les Somali de ces régions ont la possibilité d’exprimer librement leur volonté, le gouvernement de la République s’engage à accepter leur décision.

 

Avant de conclure, permettez-moi de résumer en quelques mots la position du gouvernement de la Somalie sur d’autres questions importantes.

Comme tous les Africains, nous sommes convaincus de la nécessité d’éliminer au plus vite les derniers vestiges du colonialisme qui subsistent sur le continent africain. Nous demandons tout particulièrement que les habitants de le Côte française des Somalis aient la possibilité de décider librement de leur avenir, sans être soumis à aucune pression ou intimidation. La Côte française des Somalis, comme vous le savez, est dans une position peu enviable, puisqu’elle est le dernier avant-poste colonial que les Français possèdent en Afrique. Chaque fois que se pose la question de l’indépendance de l’Afrique, il se manifeste une tendance à consacrer beaucoup plus d’attention aux grands territoires coloniaux et à négliger les luttes que livrent les plus petits. Nous estimons que tous les territoires qui sont sous occupation coloniale doivent bénéficier de la même attention. Si la Conférence pouvait appuyer le principe que les populations autochtones doivent pouvoir exercer sans plus attendre leur droit à l’autodétermination et si elle promettait que les Etats africains leur fourniront une aide matérielle et morale, cela encouragerait les habitants de la Côte française des Somalis et des autres petits territoires.

 

L’anachronisme des régimes colonialistes qui continuent à exister en Angola, au Mozambique et dans le Sud-Ouest africain est intolérable. Il est également anachronique que le principe démocratique «d’une homme-une voix » n’ait pas encore atteint la Rhodésie du Sud.

 

Nous attendons avec impatience l’indépendance prochaine des peules du Kenya, du Nyassaland, de la Rhodésie du Nord et de Zanzibar, et nous les accueillerons avec beaucoup de joie dans notre grande famille.

 

La politique d’apartheid et de discrimination raciale pratiquée par le gouvernement d’Afrique du Sud a été condamnée dans le monde entier. Aussi longtemps que subsisteront un tel mépris de l’homme et une telle insulte à sa dignité, nous ne pourrons pas vivre en paix.

 

Nous continuons à être en faveur d’une politique de non-alignement, dans la mesure où elle nous permet d’examiner objectivement le fond de chaque problème, sans aucun préjugé.

 

Nous accordons notre appui total à tous les efforts qu’ont déployés les nations éprises de paix afin de réaliser un désarmement général et complet.

 

Nous sommes convaincus que la création d’une zone dénucléarisée sur le continent africain, à l’image de celle qui a été proposée récemment pour l’Amérique latine, contribuerait considérablement à diminuer la tension mondiale. C’est pour la même raison que nous nous opposons à l’existence de bases militaires étrangères en Afrique. Nous réaffirmons notre foi dans les principes de la Charte des Nations unies et notre confiance en l’Organisation qui représente une force indispensable à l’amélioration de la condition humaine. Puisque les Nations unies ont maintenant deux fois plus de membres que lorsqu’elles ont été créées, nous continuerons à demander instamment, de concert avec les autres pays d’Afrique, que l’on procède aux changements de structures nécessaires, si nous voulons qu’elles reflètent plus justement la composition actuelle de l’Organisation.

 

Je tiens à saisir cette occasion pour remercier Sa Majesté Impériale, le gouvernement et le peuple éthiopiens du chaleureux accueil qu’ils nous ont réservé dans leur capitale. Puisse ce vert plateau entouré de montagnes altières et parfumé d’eucalyptus être le berceau d’une nouvelle ère de compréhension et d’unité pour le continent africain!

 
 
 
 


LIIBAN SHARMAARKE. 

 

blackdarwiish@gmail.com

http://www.youtube.com/user/BlackDarwish?feature=mhee

https://www.facebook.com/BLAAKDARWISH?ref=tn_tnmn

https://twitter.com/BLAAKDARWISH

+BLAAKDARWISH@GOOGLE+

https://plus.google.com/u/0/104984681230285068925/posts




Leave a Reply